Dans les coulisses du Salon international du livre de Québec 2024

Études de cas Événements Services

Le Centre des congrès de Québec dévoile son nouveau balado intitulé L’arrière-scène qui, à travers des entrevues exclusives, vous présente les dessous des événements accueillis. Dans ce tout premier épisode, notre équipe s’entretient avec Mme Mélanie Pelletier, directrice générale du Salon international du livre de Québec. On y discute de la programmation, mais aussi d’écoresponsabilité et des retombées positives pour la ville de Québec.

Dans ce balado, Mme Ann Cantin, directrice des communications et du marketing, s’entretient avec Mme Mélanie Pelletier, directrice générale du Salon international du livre de Québec.

ANN CANTIN :
Bonjour Mélanie! Pour commencer, pourriez-vous nous dire depuis combien de temps vous travaillez au Salon du livre?

MÉLANIE PELLETIER :
J’ai débuté comme directrice générale adjointe pour l’édition 2023, et il s’agit de ma toute première édition en tant que directrice générale.

ANN CANTIN :
Depuis combien de temps le Salon se déroule-t-il au Centre?

MÉLANIE PELLETIER :
Depuis l’ouverture du Centre des congrès, en 1996. C’est une belle collaboration entre le Salon international du livre et le Centre des congrès depuis tout ce temps!

ANN CANTIN :
Et quels sont les avantages de tenir un événement comme celui-ci au Centre des congrès?

MÉLANIE PELLETIER :
Pour tout l’historique de l’événement et l’ancienneté du personnel qui travaille à sa préparation : le personnel d’accueil, les coordonnateurs et coordonnatrices, les ventes,  etc. Ces équipes connaissent bien le Salon et font partie intégrante de notre événement, c’est donc très facilitant pour nous.

ANN CANTIN :
Quand commence l’organisation du Salon du livre et combien de personnes font partie de votre équipe?

MÉLANIE PELLETIER :
Dès que l’événement se termine en avril, nous commençons déjà à réfléchir à la prochaine édition, d’abord en matière de budget et d’administration. En ce qui concerne les opérations, l’équipe s’agrandit progressivement, car beaucoup de contractuels se joignent au Salon année après année. Je dirais donc qu’en septembre, nous commençons à nous activer pour l’édition d’avril suivant et notre équipe interne se compose alors de 3 personnes à temps plein. À cela s’ajoutent 2 collaboratrices (programmatrices), qui sont à l’affût des entrées littéraires et des nouveautés durant l’automne. Dans la semaine en amont de l’événement, nous sommes une dizaine de personnes pour assurer le montage du Salon et ensuite le bon déroulement durant les 5 jours : gestion de la billetterie, des visites scolaires, des 381 exposants, des bénévoles, du kiosque d’information. Cette année, il y aura également une brigade verte pour conscientiser les visiteurs, contribuer au tri des matières résiduelles, etc.

ANN CANTIN :
Environ combien d’élèves sont attendus cette année?

MÉLANIE PELLETIER :
Entre 16 000 et 17 000, et ce, en 3 matinées scolaires. Ces élèves proviennent des écoles de la ville de Québec, mais aussi de Chaudière-Appalaches, Beauce, Portneuf, Côte-de-Beaupré.

Salon international du livre 2023


ANN CANTIN :
Parlons de la programmation d’Auteur.e Studio

MÉLANIE PELLETIER :
Il s’agit d’un spectacle littéraire qui comporte lecture, musique, avec une première partie pour découvrir les auteurs de la ville de Québec, et ensuite une entrevue avec un auteur ou une autrice vedette, pour découvrir son univers et aller à sa rencontre de façon plus personnelle. Cette année, nous accueillerons Catherine Girard-Audet, Bernard Werber, Jean-François Lépine, Vincent Vallières, Guy Delisle.

Bras d'une femme mettant ses papiers dans un ilôt multimatière, pour le recycler.

ANN CANTIN :
Un peu plus tôt, nous parlions de brigade verte et de bénévoles. Beaucoup de bénévoles vous aident au Salon du livre! À quoi ressemblent leurs différentes tâches? 

MÉLANIE PELLETIER :
Ils font de tout! Services d’accueil, aide aux exposants, kiosque d’information, secrétariat, ils aident également lors des visites scolaires pour s’assurer de la propreté des lieux. Nous sommes chanceux de pouvoir compter sur nos 150 bénévoles, et c’est un aspect primordial à la survie du Salon, car sans eux, nous ne pourrions pas y arriver.

ANN CANTIN :
Est-ce que toute l’approche de développement durable du Centre des congrès et son accompagnement constituent quelque chose de pertinent pour l’organisation du Salon du livre?

MÉLANIE PELLETIER :
Cela nous aide définitivement. De notre côté, la billetterie en ligne, la brigade verte, notre politique en écoresponsabilité et autres initiatives du genre font en sorte que nous serons le premier Salon du livre à obtenir le certificat du Bureau des normes du Québec comme événement écoresponsable niveau 2. C’est grâce à la collaboration et l’impact de nos deux équipes mis ensemble, pour monter un événement qui est de plus en plus vert. Ce n’est pas parce qu’on est un livre qu’on ne peut pas être vert, au contraire, on peut poser des gestes très concrets sur l’ensemble de l’exposition. Cette année, sur la billetterie, les gens auront également la possibilité de faire un don pour compenser les émissions de GES associées à leur venue au Salon.

‎‎ANN CANTIN :
Est-ce qu’on peut dire du Salon du livre de Québec qu’il est un pôle d’attraction dans l’industrie littéraire?

MÉLANIE PELLETIER :
Oui! De plus en plus, les auteurs apprécient venir à Québec, et les visiteurs! Avec le système de billetterie en ligne, nous pouvons voir la provenance des gens, et je peux déjà vous dire que 19 % de notre clientèle vient de l’extérieur de Québec, à plus de 40 km. Ces visiteurs profitent de l’occasion du Salon pour venir faire un séjour à Québec.

ANN CANTIN :
Combien de personnes participent au Salon du livre chaque année?

MÉLANIE PELLETIER :
74 000 personnes. C’est un des très gros salons au Québec. La dernière édition a généré des retombées économiques évaluées à 3,3 M$ pour la ville de Québec.

‎‎‎‎
ANN CANTIN :
En terminant, quelle est votre vision du Salon international du livre de Québec pour les prochaines années, en tant que directrice générale?

MÉLANIE PELLETIER :
En faire une destination. C’est vraiment ça. Je l’ai ressenti l’an dernier, car j’étais beaucoup à la billetterie et je voyais les jeunes qui amenaient leurs parents au Salon international du livre de Québec en disant « Je veux voir mon auteur/autrice jeunesse ». C’est agréable de pouvoir aller à la rencontre des auteurs, et le Salon permet de garder la proximité des auteurs avec le public. C’est le plus important!

ANN CANTIN :
Mélanie, je vous souhaite un bon premier salon en tant que directrice générale, et beaucoup de succès pour l’année 2024!

Vous aimerez aussi

Caroline Lepage, Présidente directrice générale
Entrevue avec la nouvelle PDG du Centre des congrès de Québec

Apprenez-en plus sur la nouvelle PDG du Centre des congrès de Québec dans cette entrevue exclusive!

  • Études de cas
Plus de détails
Le Dr Luc Vallières faisant un discours en recevant son prix Événement de l'année 2023 à la soirée Hommage aux ambassadeurs 2024.
Les retombées du Congrès international de neuroimmunologie 2023 à Québec

Le 16e Congrès international de neuroimmunologie 2023 a généré des retombées impressionnantes pour la ville de Québec.

  • Ambassadeurs de congrès
  • Études de cas
  • Industries clés
Plus de détails
Façade extérieure du Centre des congrès au printemps, avec une rangée de tulipes et un arbre verdoyant.
Pourquoi tenir son événement d’entreprise au Centre des congrès de Québec?

Découvrez les meilleures raisons de tenir votre prochain événement d’entreprise au Centre des congrès de Québec.

  • Salles et espaces
  • Services
Plus de détails