Centre des congrès de Québec

en

Mise à jour COVID-19 (coronavirus)

Veuillez noter que le 27 septembre 2020, le gouvernement du Québec a déclaré que la ville de Québec se trouvait en zone rouge, un niveau d’alerte important en ce concerne la situation de la COVID-19 dans la province. L’annonce a été accompagnée de directives spécifiques en lien avec les rassemblements.

 

Les événements prévus du 1er au 28 octobre 2020 au Centre des congrès de Québec sont donc annulés, à l’exception des tournages qui demeurent autorisés par la Santé publique. Nous demeurons cependant ouverts pour accueillir des tournages dans l’une ou l’autre de nos salles multifonctionnelles.

 

Apprenez-en plus sur nos mesures sanitaires ou contactez notre équipe des ventes, toujours là pour vous. Nous avons hâte de vous revoir chez nous!

Partager

Guide de survie du voyageur d'affaires Trucs pour voyager sans tracas

17 juillet 2019

Certains vivent dans leurs valises, d’autres y travaillent. C’est le cas de Jocelyn Guertin et de Marie-Elaine Lemieux, tous deux délégués commerciaux au Centre des congrès de Québec. Faire sa journée de travail à Shanghai ou à Vancouver a bien sûr son charme, mais demande aussi un bon sens de l’organisation. Voyageurs expérimentés, nos deux délégués ont accepté de nous donner accès à leur guide de survie du touriste d’affaires.

En résumé :

  • Bien s’hydrater dans l’avion et d’éviter l’alcool et les boissons contenant de la caféine.
  • Choisir son siège dans l’allée de secours ou en début de cabine peut être une solution économique pour avoir plus d’espace et être moins dérangé par les allées et venues de ses voisins.
  • Acheter des bouchons de qualité, comme ceux utilisés sur les chantiers de construction, peuvent nettement améliorer la qualité du sommeil en avion. 

Voyager avec des appareils électroniques

Les téléphones intelligents et les tablettes sont des outils précieux pour nos deux voyageurs. « On peut se familiariser avec le programme d’un congrès ou même avancer des dossiers tout en voyageant, ou même télécharger et lire des livres et des guides voyage que l’on n’a pas à traîner en version imprimée », explique Jocelyn. « Mais pour ce qui est des billets d’avion, réservation d’hôtel et de congrès, je préfère toujours avoir une version imprimée, car on ne sait jamais quand une connexion WiFi peut faire défaut ou la pile de notre appareil va tomber à plat », prévient Marie-Elaine. « J’ai déjà vu un passager muni uniquement de son billet en ligne à un quai d’embarquement alors que la connexion Internet ne fonctionnait pas. Il a pu embarquer quand même, mais il a eu chaud. » Par ailleurs, il peut être judicieux d’avoir une copie numérisée ou photographiée de son passeport et autres documents d’importance, que l’on s’envoie à une adresse courriel accessible partout. 

« La meilleure leçon de voyage que je peux donner, c’est de garder toujours un esprit ouvert à découvrir des choses tout en essayant de se fondre dans le décor. » Malgré tous ces conseils et mises en garde, nos deux délégués ne changeraient pas de place avec leurs collègues plus sédentaires. Pour Marie-Elaine, ce sont les rencontres qui alimentent ses voyages. « Rencontrer des gens, parler de Québec, découvrir aussi des endroits que je ne verrais pas autrement… On va souvent dans de petites villes ou des villes d’affaires, où l’on ne serait pas porté à aller passer des vacances familiales », développe-t-elle. Les attentes vis-à-vis du voyage d’affaires sont très différentes de celles qu’on a par rapport à un voyage de plaisance pour lequel on aurait économisé toute l’année.

Un voyage d’affaires, c’est grosso modo faire sa journée de travail, mais dans un pays étranger. « Tu fais ta journée de travail, mais quand tu regardes dehors, c’est la Chine! », raconte Jocelyn, qui est souvent amené à voyager en Asie pour affaires. « Toutes les belles expériences et découvertes de voyage deviennent des bonus dans ta journée de travail. »

Vous aimeriez peut-être